Télécharger en pdf

COMMENT REMERCIER de la PASSION


comment je pourrais au moins vous remercier un peu, pour toutes ces souffrances qui vous furent si cruelles et qui me sont à moi si salutaires. »

Le Seigneur répondit:

 « Si quelqu'un renonce à son propre sens pour suivre l'avis d'autrui, il me dédommage de la captivité que j'ai subie, des liens et des injures que j'ai supportés au matin de ma Passion.

(dans le sens que c’est raisonnable puisqu’à une prière précédente, il considérait comme faute de n’avoir pas suivi la raison)


- Celui qui avoue humblement ses fautes, me dédommage de l'accusation portée contre moi par de faux témoins et de la sentence de mort qui suivit.


-. Celui qui impose des privations à ses sens compense la flagellation que j'ai endurée à la troisième heure.


- Celui qui se soumet à des supérieurs mauvais et exigeants, rend moins acérées les épines de ma couronne.


- Celui qui, après avoir été offensé, fait le premier les démarches pour obtenir la paix, allège le fardeau de ma croix.


- Celui qui se livre tout entier aux œuvres de charité, me dédommage de l'extension violente de mes membres quand je fus crucifié à la sixième heure.


- Celui qui ne craint ni le mépris ni la souffrance lorsqu'il s'agit de retirer le prochain du péché, me paie la mort que j'ai soufferte à la neuvième heure pour le salut des hommes.


- Celui qui répond avec humilité aux insultes me dépose de la croix.


- Enfin, celui qui préfère le prochain à lui même, et le trouve plus digne de recevoir les avantages et les honneurs, celui-là me dédommage de ma sépulture. »

Elle ajouta : « Et quel mérite vous apporterai-je, lorsque vous daignerez venir à moi avec tant de générosité ? »

Le Seigneur répondit: « Je te demande une seule chose : Viens à moi toute vide et disposée à recevoir ; car tout le bien qui pourra me plaire en toi, aura été un don de ma bonté infinie. » Elle comprit que ce vide est l'humilité par laquelle l'homme reconnaît n'avoir rien de lui-même et ne rien pouvoir sans un don gratuit de Dieu ; car tout ce qu'il peut faire, il doit le compter pour rien.